mercredi 6 septembre 2017

Anéantissement de la Division « Hardware » ?

Après les Apps et la Tech qui passent à marche forcée du On-Premise au Cloud, à son tour le Systems semble devoir passer du On-Premise à… plus rien… :
La rumeur enfle, de manière incontrôlée. Chacun en rajoute un peu de son avis.  Les conséquences commerciales se font déjà sentir. Pourquoi investir dans une techno qui disparait ?

Solaris, Sparc, ZFS, Tapes, etc…. Pas de soldes, mais tout doit disparaitre ?

Les équipes de support associées à ces pépites sont sur le point de partir (PSE en cours), subissent une délocalisation complète, à la suite de celle du SW, avec des conséquences terribles sur la proximité et la qualité. Donc sur la réputation et l’image, qui n’avait pas besoin de cela en plus. John Fowler a quitté la compagnie cet été, en catimini. Et maintenant des vagues de départ aux US (pour commencer …. ?) et la fermeture de sites historiques.

On donne des munitions au CIGREF, aux clients, pour ne plus travailler avec nous. Dans le même temps les objectifs restent….ambitieux, quoique tournés vers le Cloud, ou nous avons encore presque tout à gagner…

Des employés sur le départ, des organes de presse, le web en général (voir florilège à la fin de cet article) grouillent de faits et chiffres divers, dont on ne connait finalement pas toujours l’exactitude ou la véracité, quoique l’abondance a un certain point devient vite une validation.

Il est URGENT qu’Oracle s’exprime clairement, non pas pour nier l’évidence, mais la contextualiser, la remettre en perspective, la corriger.

On se doute, et on peut bien comprendre, que les équipes Solaris, essentiellement intactes depuis le rachat de Sun, puissent être réorganisées, que le cycle de release puisse être modifié, compte tenu de l’évolution de ce marché, des pratiques clients, face à Linux ou au Cloud.

Idem pour le processeur SPARC qui semble devoir accoucher d’une nouvelle version, toujours plus rapide et ajustée aux besoins de la Base.
Nous avons une belle base installée importante qui compte encore dessus.

Idem pour les Baies Storage, qui proposent un pont entre le On-Premise et le Cloud, qui complètent efficacement nos Engineered Systems, que ce soit chez les clients ou dans notre propre infra Cloud.

Idem pour les Tapes, un moyen certes conventionnel pour le stockage très longue durée / très grands volumes, que l’histoire à plusieurs fois démontré comme étant le secours ultime. Et le plus vert. Avec des sites gigantesques qui s’y reposent !

Bref, le silence d’Oracle est assourdissant ! Sans doute plus inquiétant en fait que les rumeurs qui circulent. Ce sont les équipes Systems de France (et d’ailleurs) qui sont en péril.

Belle mise en bouche pour OpenWorld !

Nous tenterons d’obtenir des éclaircissements. Il en va de la survie de toute une population d’Oracliens…


Florilèges des faits, avis, bruits et rumeurs :

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-oracle-taille-dans-les-equipes-sparc-solaris-et-stk-69244.html
http://www.channelnews.fr/oracle-hardware-perdrait-quelque-2-500-emplois-dont-90-de-lequipe-solaris-75939
https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6311175488081534976
https://www.theregister.co.uk/2017/08/02/oracle_john_fowler_bails/?mt=1504478729133
https://meshedinsights.com/2017/09/03/oracle-finally-killed-sun/
http://fortune.com/2017/09/05/oracle-layoffs-hardware-solaris/
http://dtrace.org/blogs/bmc/2017/09/04/the-sudden-death-and-eternal-life-of-solaris/
https://www.theregister.co.uk/2017/08/31/oracle_stops_prolonging_inevitable_layoffs/
https://www.theregister.co.uk/2017/09/04/oracle_layoffs_solaris_sparc_teams/

Cette liste, hélas, est en rapide augmentation…

Ne restez pas seul. Un conseil ? un avis ? Appelez nous !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Oracle ne s'exprime jamais sur les "mauvaises" nouvelles, il ne faut pas s'attendre à une explication de texte. Dans la course au Cloud Oracle veut s’alléger au maximum en jetant les encombrants (people, produits et clients) jugés non rentables.
Décidément avec de tels agissements Oracle n'est toujours pas "Cloud ready" comment confier ses données à un fournisseur aussi versatile !
Vous dites que les équipes Systems de France (et d’ailleurs) qui sont en péril, c'est un doux euphémisme, elles ont la tête sur le billot en attendant le coup fatal.
Votre conseil ou avis pour les employés de sa LOB Cloud infrastructure d'ici la fin de l'année: attendre un PSE ciblé, faire le dos rond en attendant qu'Oracle soit le n°1 dans le Cloud, espérer que les dirigeants reviennent sur leur décision, trouver une LOB paradisiaque, s'en remettre aux serments de nos managers...