mercredi 30 novembre 2016

Et si le numérique devenait l'allié de votre qualité de vie au travail ?


D'après l'étude de l'IFOP parue en mai 2016 (lien de l'étude), plus de trois-quart des cadres consultent leurs communications professionnelles hors du temps de travail. Pour la plupart c'est pour se rassurer, pour ne pas être déborder, ne pas rater des opportunités mais encore éviter d'éventuelles remarques d'un supérieur hiérarchique.


Un cinquième des cadres interrogés estime que cet accès aux outils de communication est une source d’apaisement mais plus de 80 % ont une perception négative voir anxiogène du fait d'avoir un accès permanent à leurs outils (source de stress supplémentaire et source d'agacement pour les proches).


60 % des cadres considèrent que ces technologies peuvent améliorer la qualité de vie au travail et cela est particulièrement vrai chez les femmes (65 %) et les jeunes de moins de 35 ans et seulement 53 % chez les cadres de plus de 50 ans.

Les nouvelles technologies de communication souffrent d'un paradoxe : leur utilisation pendant le temps de repos des salariés est génératrice de stress et est perçu comme anxiogène alors que bien utilisées, ces nouvelles technologies sont considérées comme permettant d'améliorer la qualité de vie au travail.

Cette qualité de vie au travail ou le mieux vivre est perçu comme important par les cadres qui regrettent à 56 % d'entre eux que ce sujet ne soit pas correctement pris en compte par leur entreprise. 9 % font état de mesures concrètes prises dans l'environnement de travail.
Rappelons que la qualité de vie au travail est un enjeu majeur, reconnu par la loi du 17 août 2015 (dite loi Rebsamen et fait l'objet d'une négociation annuelle obligatoire).

Cette hyper disponibilité n'est pas toujours souhaitée et elle est souvent génératrice de stress.
Le droit à la déconnexion, qui est le droit de se déconnecter de son "smartphone" ou de sa tablette lorsque l'on est en dehors de son temps de travail apparait alors indispensable. Celui-ci a été introduit dans le code du travail par la loi El Khomri dans son article 25.

Le droit à la déconnexion devra faire l'objet d'un accord négocié ou à défaut prendre des mesures unilatérales fixant les modalités effectives du droit à la déconnexion.
Une charte informatique devra être élaborée afin de mettre en avant les bonnes pratiques.

Vos représentants CFTC s'engagent à vos côtés pour placer le numérique au service de vos conditions de travail en militant pour un juste équilibre des temps de vie et demandent l'ouverture de négociations pour la mise place d'une charte de bonnes pratiques.

Aucun commentaire: