vendredi 21 janvier 2011

L'espoir fait vivre ... ou pas ?

Malgré le nombre maintenant important de PSE chez Oracle ces dernières années, le flou demeure quant à l'objectif "cible". 
En effet,  conformément à l'accord de méthode d'ailleurs signé à la rentrée scolaire par toutes les organisations syndicales de l'entreprise, le plan social (PSE) en cours a pris fin définitivement dans la procédure concernant le nombre de postes supprimés le 30 Novembre. Le nombre est donc immuable pour cette procédure, et ne pouvait de toutes les façons que baisser.
Recours : l'éventuelle extension, nécessitant la tenue d'un CE ainsi que des organisations syndicales complaisantes qui ferment les yeux sur des critères équitables et qui acceptent qu'une direction puisse choisir parmi les volontaires refusés notamment des catégories impactées (et uniquement ceux là) a pris fin lors du CE du 13 janvier par un refus de ce dernier.


Les notifications à mener après la dernière étape de la procédure de PSE n'étant pas terminées, il est complètement illusoire de faire croire que des postes supplémentaires pourront se rajouter à celles-ci par un autre PSE rapide : il n'est pas possible légalement de faire 2 PSE en parallèle en France !!! Tout comme il est irresponsable de laisser croire qu'une catégorie spécifique sera touchée dans le prochain. C'est absolument faux : nous n'avons aucune information allant dans ce sens, et cela ne se fait pas en un coup de cuillère à pot. Regardez par exemple les ventes et le conseil/support qui devaient être impactés ... Pour initier un PSE, il faut passer par un CE Européen, puis des informations ensuite auprès du CE France, des organisations syndicales, etc... avant d'initier une nouvelle procédure. Il va de soi que cela ne passe pas inaperçu et prend plusieurs mois. Pour la procédure actuelle, qui n'est pas complètement achevée : elle a débuté il y a plus de 8 mois!


Donc la CFTC ne prendra pas l'option de la langue de bois et ne vous fera pas miroiter un départ dans un prochain PSE : promesse que nul ne peut tenir, pas même la direction ! Tout comme nous ne ferons pas de désinformation.


De plus, nous ne pensons pas qu'il soit efficace, ni d'ailleurs dénué de risque (cela tomberait très probablement sur des personnes qui ne le souhaitent pas), pour une organisation syndicale que d'aller demander qu'un autre plan social soit mené d'ici quelques mois. Cela restreindrait toutes les capacités de négociations, notamment pour ceux qui restent (temps de travail, négociations annuelles sur les augmentations, ...) 
La décision d'un PSE est de la responsabilité de la direction groupe, et ce type de demande ne ferait que décrédibiliser les organisations syndicales. Imaginez le ridicule de la situation d'une organisation syndicale qui demande que des postes supplémentaires soient supprimés et une direction qui fait un PSE avec des postes différents qui seraient finalement supprimés, prenant prétexte que c'est pour répondre à une demande des organisations syndicales. Cela ne vous dit pas quelque chose ?


Donc nous le répétons : nous CFTC ne nous inscrirons pas dans ces démarches et ces fausses promesses, qui n'ont aucune chance d'aboutir.
Comme le dit l'adage : "Les promesses ne sont faites que pour ceux qui y croient".
Mais cela ne conduit qu'à des insatisfactions, et même des situations personnelles ou professionnelles à risque pour ceux qui auraient poussé la démarche trop loin et se voient ensuite reprocher des fautes dues à une situation d'attente de quelque chose qui ne viendra peut être jamais ! 
Nous ne souhaitons pas être à l'origine de ce type de situations.


L’Equipe CFTC Oracle reste à votre écoute attentive.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

J'avoue que je ne comprends pas les organisations syndicales qui non pas pris leurs responsabilités concernant l'extension du nombre de poste supprimé et en plus de remettre cette lacheté sur le compte de la direction.

Non, je pense que ces organisations ne se sont pas mise à la place des volontaires qui n'ont pas été retenus et dont l'avenir est maintenant plus que fortement compromis.

Anonyme a dit…

Le travail qu'on promet à ceux qui restent est dévalorisé.
La direction des lobs demandent que tout le monde soient bilable pour Q3, c'est louable, mais les managers demandent aux personnes de faire des missions "bouche trous", à 100 lieux de leurs compétences et de leurs capacités.
C'est du harcèlement moral pour que les personnes démissionnent.

Anonyme a dit…

Merci pour ces informations. C'est regrettable que la direction n'accepte pas un plan de volontariat ouvert à toute l'entreprise! C'est le meilleur moyen de concilier à la fois les velléités de départ « volontaire » (sous entendu uniquement sous conditions d’obtenir le pactole, sic !) et une forme de garantie pour la direction de ne plus conserver que des personnes motivées pour le futur de l’entreprise. Offrir une telle opportunité permettrait ensuite de justifier des ajustements plus ciblés car elle retire l’excuse imaginaire du : je suis « obligé » de rester.

Anonyme a dit…

Merci pour ces informations. C'est regrettable que la direction n'accepte pas un plan de volontariat ouvert à toute l'entreprise! C'est le meilleur moyen de concilier à la fois les velléités de départ « volontaire » (sous entendu uniquement sous conditions d’obtenir le pactole, sic !) et une forme de garantie pour la direction de ne plus conserver que des personnes motivées pour le futur de l’entreprise. Offrir une telle opportunité permettrait ensuite de justifier des ajustements plus ciblés car elle retire l’excuse imaginaire du : je suis « obligé » de rester.