jeudi 25 avril 2013

Notre vision du télétravail

A l'heure où la demande de performance s'accélère, dans un environnement mondialisé, tourné vers la compétition, Oracle a mis en place des outils et une infrastructure qui permettent de faire travailler en bonne intelligence des employés répartis dans presque tous les pays du monde.

Le travail à distance est bien un formidable outil de productivité.

Le télétravail ajoute à cette efficacité une amélioration de la qualité de vie de l'employé. La CFTC, qui défend les valeurs humaines dans l'environnement professionnel, s'est donc penchée sur la question et ce, dès le pilote mis en place en 2010 par Oracle France.

MESURES D'AMELIORATION DU TELETRAVAIL ---                                                                

Cette expérience de 3 ans nous permet de faire un premier point sur ce qui, selon les remontées des collaborateurs, pourrait être amélioré : 

1- La mobilisation d'une partie de l'habitation de l'employé par le télétravail : Il faut remarquer que même les assistantes maternelles possèdent dans leur convention une indemnité d'entretien pour l'utilisation de leur domicile à des fins professionnelles ... 

    => La CFTC demande à ce qu'une prime soit mise en place pour couvrir les frais d'utilisation d'une partie de l'habitation de l'employé,

    2- La validation de l'avenant par le supérieur hiérarchique du département : Cette demande alourdit considérablement la procédure, surtout quand ledit supérieur est basé dans un autre pays où ce type de demande lui est totalement étranger.

      => La CFTC demande que le télétravail soit un arrangement entre le manager, le collaborateur direct et la RH,

      3- La rupture de l'avenant par le manager dont l'effet est immédiat : Il s'agit d'une véritable épée de Damoclès au-dessus de l'employé.

        => La CFTC demande à ce que cette clause soit changée en une période de 1 mois pour permettre aux employés d'organiser leur vie personnelle au regard de ce changement majeur de leurs contraintes professionnelles,

        La CFTC voit aussi d'autres pistes qui ne sont pas creusées par le management :

        - Le fait de travailler de chez soi permet de repenser les horaires de l'employé pour y insérer ses contraintes personnelles. Les collaboratrices/collaborateurs (en contrat heure)  interrogés seraient d'accord pour commencer plus tôt (8h) par des tâches à faire seul, mais s'arrêter une demi-heure pour emmener ses enfant à l'école, ou terminer plus tard (19h) si ils ont une coupure en cours de journée permettant d'aller les chercher,

        => La CFTC demande à évaluer la possibilité d'une plus grande flexibilité d'horaire dans le respect du temps de travail journalier,

        - Des pilotes sont en cours chez de très grandes sociétés comme Renault où certains employés ont choisi de partir à 100 ou 200 km de Paris. Cela représente une amélioration de la qualité de vie et une augmentation du pouvoir d'achat car les prix sont moins élevés en province,

        => La CFTC demande à évaluer la possibilité de privilégier le télétravail lorsque le domicile est à plus de 20 km de l'agence la plus proche.

        - Les avantages des deux parties sont immenses, mais pour cela il faut repenser les habitudes de travail, former tout le monde à la webconférence, utiliser les outils de présence comme le chat, les réseaux sociaux internes pour communiquer et travailler efficacement tous ensembles.

        MESURES POUR LES NON-TELETRAVAILLEURS ---                                                              

        Il ne faut pas oublier les collaborateurs qui n'ont pas fait ce choix du télétravail ou ne peuvent pas le faire !

        Ainsi, pour cette population (refus du management, raisons business, appartement trop petit, autres raisons personnelles, ...), la CFTC demande :

        - que le temps de trajet soit considéré comme du temps de travail,
        ou
        - une prise en charge des accès routiers rapides (tunnels, routes à péage, ...),
        ou
        - une participation aux frais d'essence,
        et
        une prime au co-voiturage.

        Aucun commentaire: