mercredi 10 avril 2013

A & C : status quo

Nous rappelons ici un certain nombre de circonstances qui place la population A & C (Alliance et  Channel) sur un mauvais pied d'estale pour la fiscale en cours :

- nous apprenons à 6 mois du départ de la fiscale 2012-2013 que les collaborateurs d'A & C n'ont toujours pas perçu leurs goals : la CFTC s'exprime alors en premier lors d'une séance CE et demande déjà à cette époque réparation sur le premier quarter (règlement du variable de Q1 ou avances sur commission) (cf le compte rendu de CE du 18 septembre 2012)
- la CFTC réitère sa demande lors du CE du 22 octobre 2012 (cf le compte rendu du CE à la même date) portant sur le versement à 100% de Q1 sans obtenir de réponse concrète
- la CFTC alors écrit dans son blog en décembre, alors que la situation ne s'est toujours pas améliorée, que la réparation doit être à hauteur de 70% du variable sur les 2 premiers quarters passés 
- entretemps, le goaling arrive mais avec des métriques non objectives et de fait non applicables (MBO) portées sur 30% du variable ce qui empêche les ICs de travailler efficacement sur leurs périmètres respectifs
- en mars, la RH tient pour acquis le paiement à 100 % des MBO (30% des 30% de variable - pour une rémunération fixe-variable à 70-30 -, soit 9% réel du variable) sans compenser le préjudice de la signature tardive des T & C (soit à 6 - 7 mois du départ de la fiscale !) ; ce paiement est sous-tendu par la décision d'acceptation à l'Europe d'un tel provisionnement ...

Devant ces circonstances, la CFTC reste mobilisée et réitère sa demande auprès des RH pour compenser ce non respect de la mise en place des objectifs quantitatifs et qualitatifs, dans un délai respectable, permettant à chaque IC de travailler sur des objectifs concrets.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Que dis la loi sur ce sujet?

Anonyme a dit…

Le texte suivant ne s'applique-t-il pas en faveur du versement a 100% de nos salaires?

"Lorsque le contrat de travail fixe des objectifs/résultats à atteindre, il est nécessaire qu'ils soient réalistes et réalisables (Cass. soc., 2 déc. 2003). Les objectifs ainsi établis doivent être raisonnables et compatibles avec le marché. A défaut, il ne saurait être reproché au salarié de ne pas les avoir atteints pour justifier le non-versement par l'employeur de la rémunération variable qui en dépend."

Le Blog de l'actualité sociale Oracle a dit…

L'argent est l'un des leviers les plus efficaces pour motiver un commercial. C'est pourquoi la rémunération, constituée d'une part fixe et d'une partie variable, doit faire l'objet d'une attention toute particulière. A la clé : motivation ou démotivation. S'il n'est pas question de supprimer toute partie variable de la rémunération des commerciaux, il convient, dans un premier temps, de définir son importance dans la rémunération globale des vendeurs. Il faut bâtir une relation "gagnant/gagnant" durable, sous peine d'engendrer une démotivation irréversible ! Les objectifs doivent être partagés lors d'un entretien avec le collaborateur et un plage de négociation doit être ouverte ...

Le Blog de l'actualité sociale Oracle a dit…

Si la Loi est relativement silencieuse sur ces sujets, la Jurisprudence a une position plus précise - notamment sur l'atteinte ou pas d'objectifs, pouvant entraîner des mesures réprobatoires auprès des salariés - et ce depuis les derniers arrêts de Janvier 2000 : "Lorsque les objectifs sont définis, que ce soit ou non par le contrat, le juge doit rechercher s'ils sont réalistes et si le salarié est en faute de ne pas les avoir atteints".

Anonyme a dit…

Ou en sommes nous ?
la CFTC avait initié une demande il y a plusieurs mois sur le sujet, les autres syndicats ont rejoint le mouvment je crois .
est il possible de penser qu'une compensation sera versée aux commerciaux d'A&C ?

Le Blog de l'actualité sociale Oracle a dit…

C'est en bonne voie ; nous espérons avoir un retour de la Direction avant la fin de la semaine prochaine.